spptu@teluq.ca

De nouveaux professeurs se joignent à la TÉLUQ

Depuis la signature de la nouvelle convention collective, en avril dernier, le SPPTU a accueilli 18 nouveaux professeur(e)s sous contrat. Au mois de juin prochain, 6 professeur(e)s supplémentaires viendront grossir les rangs du corps professoral dans les domaines suivants : communication, langues (en français et en anglais), technologie de l’information, sciences économiques et éducation. De plus, la convention prévoit l’embauche de 10 autres professeurs d’ici un an.

« Cela est un signe de vitalité pour notre institution et les étudiant(e)s de la TÉLUQ seront les premiers à en voir les avantages. Grâce à l’augmentation du corps professoral, la majorité des étudiant(e)s de premier cycle pourra bénéficier du soutien d’un(e) professeur(e) », déclare Denis Robichaud, président du comité exécutif du SPPTU.

L’expertise des professeurs dans leurs domaines respectifs d’enseignement et de recherche contribuent à la consolidation, l’amélioration et au développement des cours et des programmes. À cet égard, plusieurs des nouveaux professeurs déjà en poste ont déjà entrepris la révision de cours qui nécessitaient des révisions mineures ou majeures. Par ailleurs, avec moins de cours sous leur responsabilité, chacun des professeur(e)s de la TÉLUQ peut consacrer davantage de temps à la révision des cours ou au développement de nouveaux cours, le cas échéant. Il ou elle peut également s’investir davantage dans ses projets de recherche, ce qui, rappelons-le, contribue notamment à alimenter le contenu des cours et permet d’engager des étudiant(e)s comme auxiliaires de recherche.

« La relation pédagogique entre les étudiants et leur professeur, particulièrement en contexte de formation à distance, favorise l’acquisition des apprentissages. En ce sens, le SPPTU est persuadé que la qualité de l’enseignement et la réussite étudiante passent par l’augmentation du corps professoral. », explique M. Robichaud.  « Les étudiants et étudiantes sont et ont toujours été  au cœur des préoccupations des professeur(e)s », rappelle-t-il.

 

Partager: